Escobar comme vous ne l’avez jamais vu

Pour faire un film sur Escobar, il faut opter pour un Thriller sombre, rajouter de la violence, de l’argent, des narcos, une histoire d’amour, du pouvoir et un acteur capable de pouvoir donner de la crédibilité au personnage. Mixez tous ses ingrédients et vous obtenez ESCOBAR.

Javier Bardem voulait incarné Escobar au Cinéma

Tout le monde connaît Javier Bardem et sa capacité à jouer des personnages très sombre au Cinéma : Skyfall, No Country for Old Men etc. De ce fait, il était le candidat parfait pour interpréter ce monstre qui a fait régner la terreur en Colombie dans les années 80. Lors de la promotion du film, l’acteur a révélé qu’on lui avait déjà proposé d’être Escobar, mais il n’avait jamais trouvé le scénario parfait ou le réalisateur qui allait  pouvoir l’emmener dans la direction qu’il souhaitait.

Et c’est finalement avec Fernando León de Aranoa, un ami à l’écran et à la ville qu’il va enfin prendre possession de ce personnage mythique après 20 ans d’attente.

Pour l’anecdote le film s’inspire du livre sortie par Virginia Vallejo (personnage repris à l’écran par Penelope Cruz) « Loving Pablo, Hating Escobar« , la seule journaliste a avoir approché Pablo Escobar et même partagé une liaison pendant plusieurs mois. Je vous invite à découvrir ce bouquin si vous souhaitez en savoir plus sur le Narco trafiquant le plus célèbre.

ESCOBAR a une soif du pouvoir sans limite

Pablo Emilio Escobar Gaviria a une soif du pouvoir qui va lui être très utile pour créer son empire mais qui va également lui causer sa perte (sans spoiler). Pour reprendre ce trait de caractère si particulier de ce narco, Javier Bardem s’inspire de l’animal préféré d’Escobar : l’hippopotame, à la fois lent, assez lourd qui n’est pas très féroce mais qui peut tuer sans aucune pitié. Et effectivement, après avoir vu le film on retrouve cette liaison entre l’animal et le personnage (sans rien révéler).

Le film reprend les grand événements, lieux et entourages d’Escobar. Ainsi, vous pourrez voir la hacienda Napoles (immense), la prison où Pablo est resté plusieurs mois, les Sicarios qu’il avait embaucher, mais également des membres du Cartel de Cali. On notera juste que certains éléments sont manquants comme l’attaque du Palais de Justice qui est un moment fort dans la poursuite contre Escobar, sa mère également qui était présente durant toute sa fuite et son bras droit « Popeye ».

L’histoire est centré sur les éléments qui vont petit à petit l’amener à sa perte et sa liaison avec la journaliste. Celle-ci est bien développée, entre l’attachement qu’ils vont avoir l’un pour l’autre mais également les tensions qui vont apparaître petit à petit et finir entre haine et amour..

Escobar meurt le 02/12/1993, suite à un appel de plus de 2 min…

Il vous faudra voir le film pour savoir pourquoi ce coup de téléphone va causer sa mort, à qui est destiné cette dernière conversation du trafiquant le plus riche de tout les temps (fortune estimée à plus de 10 Milliards).

Après avoir vu ce film très attendu, nous lui accordons la note de 7.5/10. Les points positifs qui ressorts sont l’incarnation du personnage par Javier Bardem autant physiquement et dans l’interprétation de l’horreur qui définit Escobar. On peut également souligner que Penelope Cruz joue très bien le personnage de Virginia Vallejo « sans surprise pour la rédac de Note Critique). La dernière scène propose une tension qui monte au fil des minutes et même si on connaît la fin, nous sommes pris dans un suspense haletant.

Côté négatif, le manque de mise en scène sur la relation avec sa famille (sa femme « Tata », son fils « Juan Pablo » et sa fille »), de même pour toute la partie liée aux échanges avec la DEA, la police Colombienne etc. De plus, malgré le décor réaliste (tournage du film à Medellín, QG de P. Escobar) certaines scènes sont gâchés par l’interprétation des autres personnages (l’agent Shepard etc). Et oui même si J. Bardem et P. Cruz nous embarque dans leur histoire, le reste nous laisse un peu sur notre fin…

 

Jack, « Plata ô Plomo »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *