Inséparables, un tandem explosif !

La définition d’inséparable : « que l’on ne peut séparer ; qui sont toujours ensemble ». Voici un synopsis que l’on aurait pu faire du nouveau film de Varante Soudjan. Mais ça serait sans compter sur le talent de ce réalisateur et des deux principaux acteurs : Alban Ivanov et Ahmed Sylla. Cette nouvelle comédie nous apporte un vent de fraicheur durant la canicule qui frappe la France depuis plusieurs semaines…

Inséparables : un film sur-mesure

Varante Soudjan nous propose en cette période de rentrée scolaire, son second long métrage après le prometteur Walter, sorti en ce début d’année avec également Alban Ivanov à l’affiche.

L’envie de collaborer « titillez » encore les deux protagonistes. Mais cette fois-ci, un nouveau compère va les rejoindre, il s’agit d’Ahmed Sylla. Ce dernier, très proche d’Alban souhaite trouver un projet en commun. Et c’est un jeudi lors d’un rendez-vous avec Varante Soudjan que l’idée du film va naître.

Voilà le projet du film validé, il ne reste plus qu’à créer une histoire autour des deux acteurs. C’est pourquoi nous avons choisi ce titre « sur-mesure ». Le scénario a pris forme après que les comédiens aient validé leur participation et non l’inverse (sans casting). Varante Soudjan qui connaît très bien Alban Ivanov et Ahmed Sylla va leur créer un rôle de composition. Cet ainsi que va naître l’histoire des Inséparables, autrement dit un costume taillé sur-mesure.

Une cure de jouvence assumée

Certes il ne s’agit que du second long métrage pour ce réalisateur, certes il est dans une zone de confort avec des acteurs qu’il connaît très bien. Je pense notamment à Judith El Zein et David Salles que l’on a vu dans Walter. Et alors ? Nous passons un très bon moment, le contrat est rempli.

Inséparables raconte l’histoire d’un petit escroc Mika qui rencontre Poutine en prison. Dès lors, leur destin sera lié dans et en dehors des murs de leur cellule pour le meilleur et pour le pire. Une cascade de péripéties va s’enchainer et renforcer le lien qui les unit. Mais aussi et surtout des délires assumés et ça on en redemande.

En effet, le film propose un ensemble de parodies à la fois sur les préjugés culturels, sociaux ou professionnels chacun est maîtrisé à la perfection par les deux showmans. Le gros point fort du film c’est d’une part de ne pas tomber dans la caricature et d’assumer les délires « gogoles » (pour reprendre les mots d’Alban Ivanov). On vous donne un exemple sans spoiler l’histoire, il y a une scène dans la chambre de Poutine (Alban Ivanov) où Mika (Ahmed Sylla) se lance dans des imitations (accent Marseillais, accent du Nord etc) ridicules mais les acteurs ne surjouent pas. On a l’impression d’assister à un spectacle. De plus, l’amitié entre les deux protagonistes se ressent et on a même l’impression que certaines situations vont engendrer un fou rire comme si les caméras n’existaient pas.

Que retenir du film Inséparables ?

Nous n’allons pas vous dire qu’inséparables est le film de l’année, ou le blockbuster à l’américaine même si il y a quelques petites scènes d’actions assez cocasses notamment avec une grenade « fictive ». Mais concrètement, le film fait le job, on passe un bon moment. Ce dernier dure environ 1h30, il n’y a pas de temps mort, on ne s’ennuie pas, les acteurs font le show et pour avoir assisté à l’avant-première avec l’équipe du film (en partenariat avec le Quotidien du Cinéma), les deux comédiens sont les mêmes sur scène comme à l’écran. C’est la comédie parfaite pour bien terminer les vacances et commencer de bon pied cette rentrée.

Nous sommes très loin des purges que nous avons subi depuis quelques temps, je ne serais pas surpris que le nombre d’entrée nous réserve quelques surprises. Le seul point négatif à noter c’est la bande annonce, svp arrêtez de trop dévoiler l’histoire dans les bandes annonces. Sinon, emmenez sur une fausse piste pour que nous soyons surpris… C’est pourquoi je vous déconseille de regarder la bande annonce du film, juste foncez voir ce film en salle le 04 Septembre !

Petite infos, que nous avons obtenue en échangeant avec le réalisateur : une suite n’est pas à bannir. Varante Soudjan nous a confié avoir des idées, il a encore des choses à raconter autour de cette histoire, mais il faut que le public soit au rendez-vous !

 

Jack, « Une grenade d’humour »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *