Sex Education : Netflix réinvente le genre

A première vue, tout le monde se dit, « le sexe à l’école » c’est un sujet déjà traité des milliers de fois au Cinéma, dans les séries et à la TV. De ce fait, pourquoi relancer ce sujet « banalisé » avec le temps ?

Effectivement c’est l’un des premiers à priori que nous avons eu avec l’arrivée de cette nouvelle série Netflix : Sex Education. De plus, au niveau casting, rien de ronflant par rapport aux dernières sorties sur la plateforme (Birdbox, IO…) excepté Gillian Anderson.

Et pourtant… La série se veut pétillante, spontanée, rafraichissante tout en traitant des sujets d’actualité et un humour à l’anglaise bien mis en avant. On vous présente Sex Education !

Sex Education, une série des années 90 en 2019

Et oui, dès les premières minutes on fait très vite le lien avec les séries des années 90 – 2000 qui ont rencontré un grand succès : Malcolm, Notre belle famille, Parker Lewis… En effet, il y a un décor bien implanté, une mise en scène avec une vraie signature « rétro » et des personnages emblématiques, même le look des étudiants nous renvoie à cette impression.

Pour reprendre synopsis, nous sommes dans un lycée anglais, nous suivons l’histoire de trois personnages principaux, qui sont loin d’être les stars  du lycée. Le lien qu’ils vont créés entre eux va à la fois les séparer mais aussi les rapprocher. Des sujets sensibles seront évoqués (homosexualité, la famille etc) mais aussi des sujets plus légers (problèmes sexuels, le bal de promo etc).

La force de la série est de pouvoir jongler entre l’ensemble des péripéties de nos personnages tout en gardant une certaines légèreté à l’écran. De ce fait, nous ne sommes pas mal à l’aise devant des situations assez cocasses. L’autre force de la série c’est de pouvoir insérer d’autres personnages secondaires qui vont venir bouleverser chaque épisode de manière inattendue (ex : frère de Maeve).

Sans spoiler l’intrigue, Otis un étudiant « lambda », puceau et un peu le looseur dont tout le monde ignore le nom, va devenir le gourou du sexe grâce à son amie Maeve (la rebelle du lycée). Au premier abord ce thème semble assez farfelue mais il es très bien ficelé. Notamment grâce à un humour typiquement anglais, que nous n’avions plus vu depuis des années (un humour très direct, un peu caricatural).

Les personnages, les vrais stars de la série Sex Education

Un casting méconnu à la base et pourtant la grande réussite de la série réside dans ses acteurs. Comme nous le vous présentions en début d’article, le sujet du « sexe à l’école » est un thème classique comme le terrorisme dans les films d’actions. C’est pourquoi sans la performance des acteurs la série Sex Education serait vite passée en seconde zone.

Et oui, nos trois personnages principaux : Asa Butterlfield (Otis), Ncuti Gatwa (Eric) notre chouchou et Emma Mackey (Maeve) crèvent l’écran à chaque épisode. Ce que nous avons apprécié, c’est qu’ils interprètent des étudiants que nous avons pu croiser à l’époque du lycée. Nous ne sommes pas dans la comédie américaine surjouée avec des acteurs de 30 ans (bodybuildés) qui jouent des adolescents : Pompom Girls ou de footballeurs américains.

La grande force de la série est dans son casting, on s’attache à tous les personnages. Même les acteurs secondaires que l’on voit évoluer ne nous laissent pas indifférents (Jackson, Adam etc).

Comment ne pas parler du casting sans évoquer la star : Gillian Anderson, qui interprète la mère célibataire d’Otis et aussi une sexologue déjantée. Le jeu d’actrice est à la hauteur de son talent, à la fois dans la spontanéité avec des répliques qui nous amusent et qui enchaine les conquêtes mais aussi une mère très proche voir envahissante auprès d’Otis. Nous la découvrons dans un nouveau registre à l’opposé de X-files.

Enfin comment ne pas conclure sans évoquer Emma Mackey, qui est certainement la grande gagnante de cette première saison. A la fois sensible, rebelle, littéraire, indépendante, incomprise autant d’adjectifs pour qualifier le personnage de Maeve, qui est le cerveau qui unit nos acteurs dans cette histoire. Pour l’anecdote, l’actrice Maeve Mackey a grandi en France, son Papa est français et sa maman anglaise. Elle a grandi dans la Sarthe jusqu’à 17 ans où elle a obtenu son bac littéraire avec mention avant de rejoindre l’Angleterre pour faire du théâtre. Nous espérons la revoir pourquoi pas dans un film français 🙂

Sex Education est la surprise de Netflix pour ce début d’année

Pour conclure sur cette série Netflix, Sex Education est la bonne surprise de ce début d’année. En traitant de sujets profonds qui nous concerne tous de près ou de loin ou qui nous rappellent des histoires de notre adolescence, nous ne restons pas insensible à cette série.

De plus le casting est la vraie réussite de cette première saison, suite au succès rencontré, il est fort possible qu’une seconde saison arrive l’année prochaine. La rédac de Note Critique lui attribue la note de 7.5/10. Si vous recherchez une série assez courte (8 épisodes) avec du second degré et des personnages attachants à la Malcom foncez !

Jack, « Maeve, Otis, j’ai une consulte pour vous »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *